Président de l’école de parachutisme de Vannes-Monterblanc. Jean-Pierre Ferré a transmis le virus à ses enfants

Le parachutisme et les Ferré : une histoire de famille. Clémentine Le Bohec, membre de l’équipe de France féminine, petite fille de J-P Ferré, vient de s’octroyer une médaille d’or

Jean-Pierre Ferré, président de l'école de parachutisme de Vannes-Monterblanc.
Jean-Pierre Ferré, président de l’école de parachutisme de Vannes-Monterblanc. (©Jean-Michel Fournier)

Le parachutisme et les Ferré, c’est une histoire de famille. On le pratique depuis plusieurs générations… Clémentine Le Bohec, membre de l’équipe de France féminine, petite fille de Jean-Pierre Ferré, vient de s’octroyer une médaille d’or en vol relatif 4.
Branchez le sur le parachutisme et Jean-Pierre Ferré, président de l’école de parachutisme de Vannes-Monterblanc conte volontiers les exploits de ses enfants et petits-enfants… sans omettre de préciser qu’il est lui-même parachutiste depuis des lustres. « Je saute depuis 54 ans », explique-t-il, aujourd’hui âgé de 74 ans. Alors que son paternel était militaire dans la Sarthe, Mulsanne (Le Mans),voir sauter les élèves du Prytanée militaire (La Flèche) incite Jean-Pierre Ferré à leur emboiter le pas. C’est d’ailleurs ce qu’il fait, lorsque à son tour lycéen au Prytanée, il découvre le parachutisme. Le virus il l’attrape et jamais ne s’en défait ! Le jeune homme d’alors entreprend des études de médecine à Rennes. Il exerce ensuite sa carrière de médecin anesthétiste, à Pontivy.

Dans les champs cultivés

« De 1967 à 1973, nous étions plusieurs à pratiquer le parachutisme, à Pontivy. L’aérodrome étant relativement petit, régulièrement nous atterrissions dans des champs… ça ne plaisait pas trop ! C’est ainsi que nous sommes progressivement arrivés sur Vannes. Le club de Pontivy sautait à Vannes. Au fil du temps, nous avons pris nos repères ici puis nous y sommes restés, » indique Jean-Pierre Ferré, soulignant qu’aujourd’hui, « l’école de parachutisme de Vannes-Monterblanc regroupe plus de 1000 licenciés, et plus d’une centaine d’élèves PAC. »
Dans le cadre d’une convention passée à la Fédération de parachutisme, de nombreux compétiteurs de haut niveau, affiliés à différents clubs, viennent régulièrement s’entrainer ici. C’est notamment le cas pour les équipes de France de diverses disciplines. L’aérodrome de Vannes-Meucon accueille aussi de nombreuses compétitions : « Les Ailes de la Paix », le 10 novembre de 11h à 17h, l’été 2019, les 5,6 et 7 juillet des Coupes de France, avec des finales en précision d’atterrrisage, voltige, voile-contact…
Les championnats du monde de parachutisme sportif se sont déroulés jusqu’à la mi-octobre sur la Gold Coast, à 60 km de Brisbane, en Australie.

Clementine Le Bohec 2éme à droite à coté du vidéoman
Clementine Le Bohec 2éme à droite à coté du vidéoman (©Ecole du parachutisme)

« C’est ma petite-fille »

Plusieurs sportifs fréquentant l’école de parachutisme de Vannes-Monterblanc, devenue « -Pôle d’excellence- » de la Fédération française de parachutisme pour les disciplines artistiques, étaient présents en Australie. « Notre école se caractérise comme l’un des lieux d’entrainement privilégiés du collectif des athlètes de haut niveau en freestyle et en freefly. Leur avant dernier entrainement s’était déroulé en juillet, au cours duquel, ils avaient effectué plus de 1000 sauts, avec vue sur le Golfe », souligne Jean-Pierre Ferré.
Cette année encore, ces compétiteurs ont démontré des qualités exceptionnelles de vol et de créativité dans les figures libres et imposées. « Les résultats sont à la hauteur de leurs efforts, » cite le président de l’école de parachutisme, énumérant les récompenses obtenues : Freefly : Médaille d’or, équipe Freefly France 1 (Airwax) : Grégory Crozier, Karine Joly, Baptiste Welsh (vidéoman). Médaille d’argent : équipe freefly France 2 (Good Vibes) : Yohan Aby, Vincent Cotte, Jean-Marie Gares (Vidéoman). En Freestyle : Médaille d’or, équipe Solaris : Loïc Perrouin, Pierre Rabuel (vidéoman).
Une Morbihannaise âgée de 23 ans, originaire de Quiberon, Clémentine Le Bohec, membre de l’équipe de France féminine – « c’est ma petite fille » lance Jean-Pierre Ferré, nièce de deux anciens champions du monde de vol relatif 4 en 1999, en Australie aussi, tous les deux Bretons et formés à Vannes- termine médaille d’or en vol relatif 4. « Cette année encore, la France se distingue comme la meilleure nation au monde en parachutisme sportif », appuie Jean-Pierre Ferré.
« Et cela, grâce à la politique de la Fédération française de parachutisme, à l’investissement des centres-écoles comme celui de Vannes et aux aides obtenues auprès des collectivités départementales et régionales. »
J.-M. F.

Powered by WPeMatico

Antiques

AdSense